La mort, et après ? Troisième partie. Deuxième envoi.

21 novembre 2014 § 2 Commentaires

Suite et fin du Chapitre I : Des images dramatiques et effrayantes du jugement dernier.

Sommaire du deuxième envoi.
IV. Rogier van der Weyden. Les Hospices de Beaune. Un enfer sans diables. (1443-1452).
V. Hans Memling. (1467-1471).
VI. Michel Ange : la Chapelle Sixtine. (1536-1541).
VII. L’une des grandes fresques des parois extérieures d’une des églises des monastères de Bucovine (Voronej. 1534-1535).
VIII. Une liste non exhaustive d’autres jugements derniers.
Fin de ce sommaire.

.

IV. Rogier van der Weyden (1399- 1464). Les Hospices de Beaune. Un enfer sans diables. (1443-1452).

Rogier_van_der_Weyden-jugement-dernier3mlkjh

Le polyptyque du Jugement dernier est placé au-dessus de l’autel de marbre de la chapelle de l’hospice fondé en 1443 par le chancelier de Bourgogne, Nicolas Rolin.

A. Panneau central.

Rogier_van_der_Weyden_-_The_Last_Judgment_(detail)_-_WGA25636

En haut, entouré des instruments de la passion que tiennent des anges, le Christ-juge semble assis sur un arc-en-ciel. Son manteau rouge est ouvert sur la poitrine pour montrer la plaie de son côté.

Une branche de lys flotte au-dessus de sa main droite, levée vers le ciel pour y accueillir les élus. Son bras gauche s’abaisse, surmonté d’un glaive qui semble flotter dans l’air, comme si, indécis, le Christ ne savait pas encore s’il allait ou non frapper ceux qui mériteraient d’être damnés…

525px-Rogier_van_der_Weyden_-_The_Last_Judgment_(detail)_-_WGA25638
Juste en-dessous du Christ, entouré d’autres anges sonnant de la trompette, Michel, le bel archange, immense, tout de blanc vêtu, une dalmatique dorée sur les épaules, tient, impassible, la balance du jugement. Il semble, hélas ! qu’elle penche du mauvais côté.

B. Trois panneaux à gauche du Christ et de l’archange Michel…

Rogier_van_der_Weyden-jugement-dernier3mlkjh élus paradis
Au bas d’un arc-en-ciel, à la droite du Christ, agenouillée à ses pieds, la Vierge joint les mains pour intercéder en notre faveur. Depuis les noces de Cana, les chrétiens savent bien que Jésus ne peut rien refuser à sa mère…

En-dessous de la Vierge et des bienheureux, tout en bas, de petits êtres nus surgissent de la terre à l’appel des trompettes. Ce sont les élus qui ont l’air si heureux d’être là…

Dans les deux panneaux de gauche, ils se dirigent vers un ange qui les prendra par la main pour les guider vers les marches de marbre de l’escalier du paradis…

C. Trois panneaux, à droite du Christ et de l’archange saint Michel…

Rogier_van_der_Weyden-jugement-dernier3mlkjh les damnés

Sur le premier, à gauche, saint Jean-Baptiste et deux apôtres.

L’un des deux, habillé d’une robe vermillon, la barbe grise et les cheveux bouclés, semble soucieux et plein de compassion à l’égard des damnés qui sont en-dessous de lui. Il penche tristement la tête de leur côté et, les mains ouvertes, prie peut-être pour eux. Mais en est-il encore temps ?

Ce n’est sans doute pas par hasard s’il s’agit de saint André, le patron de la Bourgogne et de son duc, Philippe le Bon.

En-dessous, dans la partie basse du retable, des damnés qui, comme les élus de l’autre côté, viennent eux aussi de sortir de terre…

Des damnés, mais pas un seul diable… Leur enfer, dès qu’ils revoient la lumière du jour, il est en eux sur leurs visages révulsés. Il est dans leur impossibilité de participer au bonheur qui émane des anges, des saints et des élus. Il est dans l’indifférence que semble manifester à leur égard le Christ qui n’a pas un regard pour eux, non plus que l’archange Michel…

Ils ne peuvent même pas voir les apôtres qui sont assis au-dessus d’eux.
Juste en dessous du bon saint André, un couple terrorisé. Elle baisse la tête, les mains jointes. Lui lève la main droite en arrière vers le ciel, dans un dernier adieu.

Sur le deuxième panneau, un peu plus loin, à droite, un deuxième groupe de quatre apôtres et de trois saintes femmes. Assis comme André et son compagnon sur une nuage. En dessous, d’autres damnés, deux jeunes femmes et deux hommes.

DŽtail sur les damnŽs

Sur des rochers dont les fissures laissent déjà s’échapper d’inquiétantes flammèches… ils courent la tête basse, les jambes pliées, la même terreur sur leurs visages.

L’un des hommes se prend la tête dans les mains, l’autre serre les poings de rage. L’une des jeunes femmes est en train de perdre l’équilibre, sa longue chevelure tirée par un autre damné, déjà tombé dans le vide, qui s’y accroche pour essayer de remonter. La seconde, plus en avant, va tomber à son tour.

Leur enfer, on le décèle dans le rictus de leurs bouches et dans l’angoisse de leurs regards.

DŽtail sur les damnŽs

Sur le dernier panneau à droite, enfin, les damnés ont déjà basculé. Ils culbutent les uns sur les autres, dans ce gouffre noir dont jaillissent les flammes qui commencent à les brûler, la géhenne dont parle Jésus, une fournaise dont les démons sont ici étrangement absents.

Le gouffre est bordé d’un côté par des rochers abrupts, de l’autre par le revers déchiqueté d’un gros nuage qui le sépare du ciel des élus, ce ciel qui n’est pas pour eux, et les damnés le savent.

V. Hans Memling. (1467-1471).

Memling-Jugement-Dernier-Gdansk
Le jugement dernier. Aujourd’hui à Gdansk.

Dans le volet central, Memling a repris en partie la composition du Jugement dernier de Van der Weyden aux Hospices de Beaune.

Le Christ est représenté en majesté, de face, ses pieds reposant sur un globe, transposition chrétienne de l’imagerie impériale romaine depuis Constantin. De sa bouche sortent une épée et un lys, qui symbolisent la justice et la miséricorde. Il trône sur un arc-en-ciel, symbole de réconciliation entre Dieu et l’humanité. Il est entouré des douze apôtres, et de Marie et saint Jean-Baptiste, qui intercèdent en faveur des humains. Au-dessus d’eux des anges portent les instruments de la passion.

En dessous, saint Michel pèse les âmes des morts. Il a revêtu son armure. C’est le chef la milice céleste, à la tête de laquelle il a triomphé des anges rebelles. Sur l’un des plateaux de sa balance, un élu, sur l’autre un malheureux, qui, déjà, est tiré par les cheveux vers l’Enfer. À ses pieds des morts sortent de leur tombe, encore enveloppés de leur linceul.

Sur le volet de gauche, Saint Pierre accueille les élus. Des anges leur ont donné des vêtements. « Ils retrouvent la dignité des attributs qu’ils avaient de leur vivant ». La procession monte sur un escalier en cristal vers un portail à l’architecture gothique.

Un pape dont la tiare dépasse au-dessus des têtes a déjà atteint le portail, suivi d’un évêque à qui on rend sa mitre. Les élus sont accueillis par des Anges musiciens entourés d’une sorte de halo lumineux.

Le-jugement-dernier2_Hans-Memling

Sur le volet de droite, les corps des damnés sont précipités dans les flammes de l’enfer par les griffes crochues d’affreux diables. L’un d’eux jette des charbons ardents sur le sexe d’une jeune femme enceinte…

VI. Michel Ange : la Chapelle Sixtine. (1536-1541).

laatsteoordeel_grt
Un autre monde, enfin. En pleine Renaissance, l’œuvre immense d’un vieillard angoissé. « Hélas, hélas, je vais et je ne sais pas où, et j’ai peur, écrit-il dans l’un de ses sonnets (XLIX), et je vois, Seigneur, je vois le châtiment éternel, pour le mal que j’ai fait en connaissant le bien. Et je ne sais plus qu’espérer »…. Michel Ange est bien près du désespoir…

Last_Judgement_by_Michelangelo vierge

Son Christ, un homme nu, est beau comme une statue grecque, mais il a le regard dur. Un Dieu vengeur, en colère, celui du Dies irae, dies illa, un Jupiter tonnant, qui n’accorde pas la moindre attention à la colonne montante des élus, mais foudroie de la main droite la colonne descendante des damnés.

A côté de lui, la Vierge se replie sur elle-même, détourne la tête, couverte par un voile blanc, les yeux mi-clos, triste, elle ne peut plus rien pour personne…Trop tard…

Last_Judgement_by_Michelangelo

Les chairs, celles des élus comme celles des damnés, sont pesantes, les corps se tordent et se mêlent dans un amas de muscles. Un tourbillon cosmique… Il y a bien à droite de cette image une corde à laquelle s’accroche un couple enlacé qui cherche à rejoindre le groupe des élus. L’un de ceux-ci tient ferme la corde pour les hisser.

A gauche, on voit aussi quelques autres élus s’entraider dans leur ascension. Mais ce sont, me semble-t-il, parmi les seuls signes de solidarité dans cet univers dominé par la peur.

Tout en bas, à droite le flamboiement d’un ciel d’incendie annonce les flammes de l’enfer…

Last_Judgement_by_Michelangelo caron

De sa rame brandie comme une lance, un affreux batelier nu, des cornes sur la tête, pousse les damnés à se jeter dans l’eau sombre du Styx, le fleuve de la haine… C’est la barque de Caron qui conduisait les impies et les criminels vers ce Tartare des Grecs, où ils étaient à jamais la proie de tortures atroces, en punition des fautes qu’ils avaient commises au cours de leur vie terrestre contre les dieux et contre les hommes…

Comment un pape a-t-il pu accepter un tel retour à cette mythologie païenne… Ici, sur le mur de cette chapelle, au-dessus de l’autel, sous les yeux des cardinaux qui devaient demander la lumière de l’Esprit Saint avant de lui choisir un successeur ?

Je récuse pour ma part le Christ-Juge de la Sixtine, son ciel vide d’espoir et la vision binaire de l’au-delà que Michel Ange a fait sienne.

Et je relève avec joie que dans la prière que Jésus nous a laissée, il n’est pas dit que « ton jugement soit rendu », mais « que ton règne vienne ».

VII. L’une des grandes fresques des parois extérieures d’une des églises des monastères de Bucovine (Voronej. 1534-1535).

28291820

Façade extérieure de l’église du monastère de Voronej, construite à l’initiative d’un prince moldave du XVIème siècle.

La fresque, d’inspiration byzantine, en occupe toute la surface. J’y ai retrouvé, plus étroit au départ, mais plus long qu’à Padoue, le fleuve de feu qui s’échappe des pieds du Christ-juge, la balance ici tenue par la main de Dieu lui-même, les longues processions de saints et de saintes se dirigeant vers une porte dont saint Pierre tient la clef, et bien d’autres personnages, bibliques ou non, dont la présence au jour du jugement fait partie des traditions iconographiques des Eglises orthodoxes.

poids de l ame

Un détail. C’est bien ici la main de Dieu qui tient elle-même la balance du jugement.

Les jugements derniers que nous venons de voir répondaient parfois à des commandes précises de tels ou tels commanditaires : Ce Scrovegni de Padoue dont le père avait de gros péchés à se faire pardonner ? Ce prince moldave ? Ce pape pour la Sixtine ?

VIII. Pour mes amis lecteurs : à consulter avant de partir en voyage…
Deux listes d’autres jugements derniers :

A. Sur des tympans romans et gothiques.

Je vous en ai déjà montré quelques-uns dans la deuxième partie de mon envoi sur « la mort, et après ? » dans le Nouveau Testament.

En voici une liste non exhaustive : Beaulieu, Conques, Moissac, Autun, Saint-Denis, Chartres, Paris, Amiens, Arles, Bourges, Bordeaux, Reims, Le Mans, Poitiers, Nuremberg, Strasbourg, Orvieto (un pilier de la cathédrale), etc…

B. Sur des fresques, des peintures, des gravures (en complément de ceux que je viens de vous présenter):

Le jugement dernier d’Orcagna sur le Campo Santo à Pise, entre 1344 et 1368.

Quatre de Fra Angelico : Un à Rome, un à Berlin, et deux conservés à Florence au musée San Marco.

Celui de Stefan Lochner vers 1435, à Cologne.

Celui de Signorelli, à Orvieto.

Celui de Dürer. Gravure. 1509-1511.

Trois de Bosch :
– A Vienne, après 1482.
– A Munich, non achevé.
– A Bruges (peint par le peintre ou son atelier).

Un de Rubens à Munich, Alte Pinakotek, de 1616.

Fin du deuxième envoi de la troisième partie.

Publicités

§ 2 réponses à La mort, et après ? Troisième partie. Deuxième envoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La mort, et après ? Troisième partie. Deuxième envoi. à Itinéraire iconographique.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :